Voyages, escapades, randonnées

Piran, une fenêtre sur l'adriatique

7 Juillet 2015

Nous partons à pied de l'hôtel en direction de Portoroz (en italien Portorose, «Port aux roses»), une station balnéaire de la côte slovène. Son parfum méditerranéen : la mer, le vent, les palmiers fait oublier son bord de mer très bétonné.

Le port de plaisance de Portoroz

Le port de plaisance de Portoroz

Les salines de Piran

Les salines de Piran

Voiliers à Portoroz

Voiliers à Portoroz

Plage de Portoroz, au loin : la Croatie

Plage de Portoroz, au loin : la Croatie

Portoroz et sa côte bétonnée

Portoroz et sa côte bétonnée

Il fait très très chaud, autour de 38 degrés, lorsque nous arrivons à Piran, une chaleur humide que nous avons du mal à supporter, mais le bon turbot que nous avons pour le déjeuner nous redonne des forces pour visiter la ville de Piran, posée sur une presqu'ile dominant la mer adriatique.
Piran avec ses rues étroites, ses maisons serrées aux toits de tuiles où le linge sèche aux fenêtres nous plonge dans une ambiance italienne...

Les ruelles étroites de Piran

Les ruelles étroites de Piran

Le linge sèche aux fenêtres

Le linge sèche aux fenêtres

La place Giuseppe Tartini
La place Giuseppe Tartini

La place Giuseppe Tartini

Le long de la mer, des bars, des restaurants, des glaciers alternent avec des espaces aménagés en plage avec des chaises longues pour les baigneurs. En effet, il n'y a pas de plage de sable fin le long de la côte, on accède souvent à la mer par des escaliers.

Une plage...

Une plage...

L'Eglise Saint Clément, à l'extrémité de la presqu'ile

L'Eglise Saint Clément, à l'extrémité de la presqu'ile

Vue sur Piran depuis l'église Saint Georges

Vue sur Piran depuis l'église Saint Georges

La citadelle de Piran

La citadelle de Piran

Commenter cet article